Monday, March 10, 2008

LA GRAVITATION


Une théorie fondée sur une théorie précèdente.
L'expérience de pensée d'Albert Einstein faisant intervenir un ascenseur est discutable, pour la simple raison qu'un observateur a besoin de respirer !
A moins d'une combinaison spatiale pour l'observateur présent dans une cabine opaque on se demande comment celui-ci pourrait en outre observer ce qui se passe au dessus, a l'extérieur donc ?
Si de l'air est présent dans la cabine et que les objets sont apesants, ils vont subir la réaction inertielle du gaz au mouvement accéléré ( qualifié de mouvement vers le « haut », par rapport a quoi : le « plancher de la cabine » ? , une « masse a l'extérieur » ? ), identiquement . Par exemple une feuille de papier aura une vitesse de pseudo chute, indifférenciée par rapport a des objets plus massifs. Ce qui dans un champ de gravitation incluant une observation ne peut-être, a moins que l'observateur soit en combinaison spatiale, et sur la lune; tandis que des objets réellement livrés a eux- mêmes une fois lâchés, chutent.
Sur Terre, en raison de la résistance de l'air tous les objets plus massifs qu'une feuille de papier, s'ils accélérent bien identiquement ne mettent pourtant pas un temps identique a rejoindre le sol; sol qui réagit de façon constante et diversement une fois passé l'impact de ces objets. Tandis que ce n'est pas le cas pour le plancher de la cabine spatiale.
Il y a également un choix arbitraire de non pesanteur des objets manipulés par l'observateur dans la cabine ( alors que le mouvement de cette dernière est linéaire, et non pas circulaire ), choix motivé uniquement par la considération de l'hypothèse de Newton : masse inerte = masse apesante; alors que la gravité pourrait très bien être un phénomène intrinsèque, ne nécessitant aucun champ de gravitation, mais s'exerçant par contact direct (effets).Aucun objet ne peut demeurer en suspension dans le vide, et le repos n'existe pour aucun d'eux , que ce soit a l'extérieur de la cabine, ou a l'interieur. Il ne peut y avoir que « mouvement inertiel », et non axé dans une direction précise puisque cela n'a aucun sens dans l'univers(il n'a pas de centre), la notion de « bas » étant relative a une surface planétaire sur laquelle l'on se trouve.
Depuis cette surface il n'est point besoin qu'un objet soit attiré gravitationnellement pour que, faute d'une énergie croissante vainquant la résistance variable de l'air sur des km et assurant continuement sa mobilité, un objet lancé vers le « haut » et victime d'une force d'inertie variable causant une perte d'energie cinétique, revienne. Plus dense que l'air, et incapable de s'auto-mouvoir dans une direction autre- choisie- en tant que masse inerte livrée a elle-même, la direction du retour est une direction privilégiée, subie par l'objet.Prenez le en main et lancez le dans une direction parallèle au sol, son mouvement sera cette fois parabolique : ce que l'objet va perdre en énergie cinétique dans la direction de la force imprimée- sous l'effet de la résistance de l'air, et de sa force d'inertie variables, il va le gagner en énergie gravitationnelle par la perte d'altitude ( combinaison des mouvements perpendiculaires, et conservation de l'énergie). Lancez le en atmosphère raréfiée avec une vitesse suffisante, il orbitera ! Il est impossible a un objet sans moteur de modifier sa trajectoire : il ne peut donc tomber a angle droit.
Songez que si la pesanteur de la Terre ( et non sa masse) varie avec la vitesse de son mouvement de translation, sous l'effet d'une contraction variant avec la force d'inertie, qu'alors la pesanteur d'un objet quelconque – placé là pour expérience- se trouvant a l'est au bon endroit, devrait varier elle aussi, mais nous n'aurons que des effets inertiels !
La masse d'une planète n'attire donc pas – indirectement par déformation variable d'un espace-temps-d'autant plus les autres objets semble t'il, qu'elle serait contractée par une force d'inertie croissante, si la pression de ces objets sur le sol diminue a cause des variations des forces d'inerties imputables aux variations de vitesse de la Terre ( dont la contrepression localement envers les objets varie, puisque elle réagit vers l'arrière ).Le milieu atmosphérique, dont la pression s'exerce sur le sol a l'EST, n'a a priori pas de réaction inertielle qui serait imputable au mouvement de translation de la terre, donc dans le sens opposé a la direction EST-OUEST si la vitesse de ce mouvement linéaire est régulière. Mais comme l'orbite est elliptique la vitesse de notre planète varie : elle augmente en décembre-janvier, puis diminue a partir du solstice de juin; l'accélération positive doit donc faire varier la réaction inertielle de notre planète, et des objets situés a l'est ( l'on devrait pouvoir vérifier donc l'absence d'une action gravitationnelle plus forte de la part des objets, alors que la Terre est supposée se contracter - se densifier dans la direction de son mouvement - accéléré ).
Vous objecterez : « que faites vous des marées de mer et de Terre, si vous critiquez l'hypothèse d'une attraction gravitationnelle ? » , je ne puis que suggerer de tenir compte du fait que du côté diurne et nocturne une force centrifuge s'exerçe par la rotation de notre planète sur son axe; tandis que côté nocturne uniquement s'y ajoute – sauf erreur de ma part- l'effet du mouvement elliptique de celle-ci autour de notre étoile.
J'ajouterai que, plus vous approchez le centre de la Terre- grâce a une mine profonde-, plus votre poids augmente, puisque les effets de la force centrifuge sur votre masse diminuent.
Si je ne me trompe un mât de cocagne par exemple n'a pas une vitesse horizontale constante de haut en bas,sur sa longueur, et c'est donc comme si ce mât accélérait en direction du centre de la Terre, puisque la « vitesse du mouvement horizontal conservé « va decrescendo, ce qui augmente la vitesse dirigée perpendiculairement due a la gravité.
La lune.
Un objet devrait tomber moins rapidement au dessus de cette planète, qu'au dessus de la notre, plus massive. En tenant compte de l'absence de résistance opposée au mouvement de cet objet livré a la gravité, l'on devrait vérifier en 2015, 2018 , si réellement le temps de chute depuis une altitude précise est plus important que sur Terre en un lieu défini.
Une caméra sur trépied, une règle graduée, avec un objet pouvant coulisser sur commande, un fil a plomb devraient comme matériel suffirent ?
Représentons nous un banal sablier : les grains de silice devraient s'écouler lentement – par rapport a ce qui est sur notre planète, disons a Paris – si l'on retournait cet outil de mesure ( ce qui évidemment ne voudrait pas dire qu'un temps présumé s'écoule avec une vitesse différente que sur Terre, a Paris, où l'espace serait plus déformé ! ) : je trouve cela absurde personnellement, sans me référer néanmoins a la force centrifuge plutôt faible sur la lune, comparativement a celle de notre planète, a Paris dans ses effets sur la pesanteur. Je suis convaincu que les grains de sable subissent une gravité intrinsèque, que leur inertie massique et l'absence de support les conduisent vers le fond; dans la partie du sablier où ils se trouvaient avant l'inversion par manipulation humaine, si celui-ci était dans la position verticale.En tenant compte des effets parasites ( milieu, et forces d'inerties, ou centrifuges), il devrait être facile et très peu coûteux de vérifier, grâce a des mesures rigoureuses, la vitesse d'écoulement du sable, et donc de vérifier si la masse d'une planète joue un rôle, comme la science croit le savoir ?
Vous allez me dire : « eh ben non ! Vous avez tort mon cher monsieur; tout prouve qu'Albert Einstein, Newton avaient raison » ? Ce serait donc l'occasion de le vérifier lorsque des américains reposeront le pied sur la Lune . Si les résultats des mesures sont honnêtement en ma défaveur j'assumerai mon erreur.
Ce sont des propositions, et non des affirmations péremptoires bien entendu.Mais je crois avoir été logique dans mes argumentations – critique constructive- ?

Labels:

0 Comments:

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home