Friday, June 20, 2008

La gravité, une évidente banalité ?
Je suis d'avis deja que ce n'est pas par « attraction » qu'elle existe, mais uniquement par contact direct. Certes c'est ici un travail de réflexion, et la science n'aime pas les remises en cause : il faut intégrer les travaux antérieurs ayant aboutis a des acquis, en plus de prédire des effets nouveaux.
Je prédis l'absence d'effets gravitationnels qui seraient produits par attraction, en proposant ci-dessous des expériences.
Je suis convaincu que la pression verticale dirigée de haut en bas, par un objet massif posé au milieu d'un plan horizontal carré- recouvrant une cavité d'une superficie moindre-, sur ce dernier, est indépendante en un lieu de la nature du sous-sol au fond de cette cavité. La déformation de ce plan horizontal sous l'action de la masse de l'objet dépendra tout simplement de la nature du matériau, et de son épaisseur.
Selon moi la masse déformant le plan n'est pas « attirée » vers le bas par le sous-sol a distance d'elle (selon un axe centre de la Terre- surface de la planète); car si tel était le cas la déformation du plan varierait en fonction de la nature du sous-sol, censé localement exercer une action ( directe ou indirecte )dépendante de la densité qu'il aurait, a distance sur cette masse.
L'on peut s'en convaincre, car la déformation du plan horizontal devrait également varier sensiblement en fonction de la profondeur de la cavité, si depuis le sous-sol c'était ce dernier qui causait cette déformation en agissant a travers, et sur lui, comme sur l'objet .
En supposant que cette cavité soit imperméable a tout liquide, on peut imaginer la remplir jusqu'à un niveau identique successivement avec des liquides différents (après nettoyage suivant le pompage- refoulement), cela dans le but de mesurer une éventuelle variation de la pesanteur de l'objet massif sur le plan grâce a des capteurs mesurant les variations de déformations supputées du plan horizontal imperméable et assez flexible pour répondre sensiblement aux effets variables attendus des liquides de densité différentes, vers le haut ( donc en éliminant les effets de la pression variable du volume d'air pris entre le plan et les différents liquides selon la densité de ces derniers, en mesurant la température de l'air, des liquides, afin de filtrer les effets gravitationnels supposés vers le haut ).
L'on pourrait aussi faire des expériences en labo, avec une simple caisse emplie successivement de matières solides fort différentes en densité ( plomb,bois, etc), et en laissant un vide permettant a un matériau plan posé dessus de se déformer sous l'action d'un objet capable de le faire ployer de façon sensiblement mesurable.
Enfin, l'on peut remplacer l'objet pesant par une horloge atomique dite sensible aux déformations d'un espace-temps.
Un documentaire sur la ceinture de feu, problème critique pour la ville de Tokyo au japon, m'a fait réfléchir au fait que, moins une couche géologique en profondeur est dense, plus la masse de la ville japonaise exerce une pression forte sur elle : ce n'est pas la propre densité de cette couche qui « attire » la ville vers le bas de façon a ce qu'elle la compresse en tendant a descendre. Moins une matière présente en profondeur, est dense, plus sa réaction a la pression dirigée de haut en bas vers elle est faible; ce n'est donc pas plus cette matière que le centre de la Terre qui attire les couches situées au dessus, ni la ville de Tokyo !
Songez que si la pesanteur de la Terre ( et non sa masse) varie avec la vitesse de son mouvement de translation, sous l'effet d'une contraction variant avec la force d'inertie, qu'alors la pesanteur d'un objet quelconque – placé là pour expérience- se trouvant au pôle nord, devrait varier elle aussi, mais nous n'aurons que des effets inertiels !
Il n'y aura pas d'action indirecte de la part de la masse terrestre sur l'objet qui tendra (via un espace-temps déformé davantage temporairement) a le rapprocher,et a atténuer la tendance a se décoller de façon infime du sol par réaction inertielle aux variations de vitesse. J'en suis pour ma part certain, mais seule la vérification au moyen d'expériences scientifiques menées avec toute la rigueur indispensable peuvent trancher. Surtout que la masse de la Terre, se comporte pareillement a l'objet sur sa surface,sous l'effet d'une force d'inertie, et que si une variation infime de la pression de l'objet peut être dénoncée par une balance sensible intercalée, celle infime de la contrepression du sol,ou force de réaction, pourrait être occultée en tant que effet par la force d'inertie de la Terre.
Faire ces expériences requiert du matériel, et des compétences pour traduire correctement toutes les mesures, éliminer les effets parasites, etc .....
Une critique constructive peut amener le doute sur la fiabilité des acquis, la science évoluant parce que avant chaque transition la science croit « savoir » : tout est donc dans l'interprétation des effets, et dans des approximations !
La science préfèrera cependant tout simplement négliger cette hypothèse, que de la vérifier ( et ce ne sera pas uniquement pour une question de coût
Le phénomène de gravité serait-il intrinsèque aux matières ?
L'on devrait par exemple encore, savoir satelliser un objet depuis la lune sur une orbite dépassant largement le point dit de Lagrange ( point de l'équilibre gravitationnel a distance, supposé, et purement théorique ), et tout objet libéré depuis ce satellite pourrait se mettre lui aussi en orbite autour de cette planète, révélant alors qu'il ne subit aucune « attraction plus forte de la part de la Terre » et que s'il orbite ce n'est pas par attraction, mais a cause selon moi du fait que tout objet lancé l'est par une force contraignante variable dans le temps, et non constante en énergie. Il est de moins en moins aisé pour cette force de mobiliser l'objet dans la direction dans laquelle elle fut imprimée;la force inertielle proportionnelle a la masse de l'objet représente alors une énergie variable dirigée perpendiculairement- vers la lune. Mais comme cet objet perdant de l'énergie cinétique dans la direction de son déplacement ne sait virer a angle droit vers ici la lune, il va orbiter ( n'étant freiné par le vide)si sa vitesse reste suffisante. La masse du satellite naturel de la Terre n'agirait donc en fait absolument pas a distance sur l'objet – non livré a lui-même, mais mû par une force variable- pour que son mouvement soit curviligne, et pour finir circumlunaire par prolongement.
Réfléchissez bien au fait que si vous jetez un objet vers le haut, la force imprimée ne peut agir indéfiniment : l'altitude qu'atteindra l'objet variera selon la force du lancer exercée par chacun de vous, ainsi le dit objet mettra un temps a rejoindre le sol, dépendant de l'altitude de sa chute. Sa vitesse variera car la force centrifuge de la Terre varie avec la distance ( elle augmente depuis le centre de giration ). La vitesse horizontale d'un mât de cocagne n'est pas par exemple constante de bas en haut, et un objet glissant de haut en bas de ce mât sera de moins en moins « dévié » perpendiculairement a son mouvement de chute, donc accélèrera ! Sa pesanteur augmentera aussi, puisque la force centrifuge du couple terre- sphère gazeuse décroît de haut en bas.

0 Comments:

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home